Alerte de la Cour des comptes - Le vertige du déficit

Alerte de la Cour des comptes Le vertige du déficit

01.07.2013

Successivement, la semaine dernière, la Cour des comptes et l’INSEE ont lancé un cri d’alarme au gouvernement : la première annonce que le déficit budgétaire ne sera pas contenu à la fin de l’année à 3,7 % (comme cela avait été négocié avec Bruxelles), mais sera plus proche des 4 % ; la seconde constate que, au premier trimestre, la dette publique française a atteint 91,7 % du PIB, soit 1 870 milliards de dollars.

  • Bernard Cazeneuve : du pain sur la planche

FRANÇOIS HOLLANDE a été le seul à dire qu’on ne pouvait pas arrêter les comptes au milieu de l’année et qu’il fallait attendre la fin de 2013 pour calculer le résultat final de nos efforts pour réduire le déficit. Mais ce n’est un mystère pour personne : la baisse d’activité provoquée par la hausse des impôts (et, par conséquent, la réduction de la consommation) diminue les recettes fiscales de plusieurs milliards. Des milliards que l’on ne peut trouver que dans une coupe draconienne dans...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires