Dépenses de soins et de biens médicaux - La santé, ce poids lourd de la richesse nationale

Dépenses de soins et de biens médicauxLa santé, ce poids lourd de la richesse nationale

24.06.2013

La part de la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) dans le PIB a bondi depuis 60 ans en France, passant de 2,6 % en 1950 à 9,1 % en 2010, à la faveur du développement de l’assurance-maladie obligatoire et de la croissance des dépenses hospitalières. Mais ces dernières années, la régulation des dépenses stabilise la tendance.

  • La part des dépenses de santé dans le PIB a été multipliée par 3,5 en 60 ans

UNE ÉTUDE de la DREES (1) explore pour la première fois 60 ans d’évolution de consommation de soins et de biens médicaux (indice CSBM, qui agrège les soins hospitaliers publics et privés, la médecine de ville, les transports de malades, les médicaments, l’optique, les prothèses...) et illustre l’explosion de la part de la santé dans la richesse économique française au cours des six dernières décennies.

De fait, la part des dépenses de santé a été multipliée par 3,5 en 60 ans,...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Lactalis

À la Une Retraits de lots : objectif zéro défaut Abonné

À ce jour, aucun bébé ne se trouve en danger. Mais l’affaire du lait contaminé aurait pu très mal tourner. Elle révèle surtout que les systèmes d’alerte et de retrait de lots sont perfectibles. Et pas seulement dans la grande distribution puisque 44 pharmaciens ont été épinglés par la DGCCRF pour avoir détenu dans leurs officines des boîtes de laits concernés par les retraits de lots. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.