Décret sur les liens d’intérêt - Quelles conséquences pour l’officine ?

Décret sur les liens d’intérêtQuelles conséquences pour l’officine ?

30.05.2013

La publication récente du décret renforçant la transparence des liens entre professionnels et entreprises du médicament est diversement appréciée par le monde de la santé. En effet, industriels et médecins se montrent très réservés face à ce texte. À l’inverse, les officinaux accueillent plutôt bien ce décret, qui pourrait contribuer à redonner de la confiance aux patients dans leurs traitements.

  • Tous les avantages perçus à partir de 10 euros devront être déclarés

RENDRE entièrement transparentes les relations entre professionnels de santé et industriels : tel est l’enjeu du décret, dit « Sunshine Act », publié la semaine dernière au « Journal officiel ». Dans la foulée de l’affaire Médiator, les pouvoirs publics avaient souhaité réviser de fond en comble le système sanitaire français. L’AFSSAPS est ainsi devenue l’ANSM* et la loi anticadeaux est censée être renforcée par ce décret obligeant à rendre public tous liens entre les entreprises...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Etudiants

PACES : redoublement interdit dans certaines facs

En 2018, plusieurs universités, notamment en Ile-de-France, mettront en place à titre expérimental une première année commune aux études de santé (PACES) qui n’autorisera pas le redoublement. Dans les universités de Paris V, VI... 2

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.