Remède simple pour crise historique - C’est le monde qui a changé

Remède simple pour crise historiqueC’est le monde qui a changé

21.05.2013

Jean-Luc Mélenchon estime que l’intervention de François Hollande, jeudi dernier, était affligeante. François Bayrou y a trouvé des points positifs. La droite a accablé le chef de l’État sans même s’être aperçue que, pour une bonne partie, les mesures qu’il a annoncées relèvent non plus du socialisme qu’il a revendiqué une fois encore, mais davantage du social-libéralisme. Sans même remarquer que, sur les régimes de retraites, le nouveau plan de relance en dix ans, la nécessité d’agir pour réduire la dépense publique au lieu d’augmenter les impôts à l’infini, il énonce des solutions que son prédécesseur aurait pu revendiquer.

SUR LES rivalités qui empoisonnent le ministère de l’Économie, le chef de l’État, en exigeant « une seule ligne », a implicitement désavoué Arnaud Montebourg et renforcé Pierre Moscovici. M. Hollande ne fait jamais rien de spectaculaire. Ce qui ne l’empêche pas, peu à peu, de jeter aux orties des idéaux anachroniques et de commencer à appliquer des recettes pragmatiques. Seul François Bayrou l’a reconnu. Le chef du MoDem a insisté sur l’importance qu’il attache au projet de M. Hollande de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires