Histoire de la pharmacie - Pierre Bayen (1725-1798), le père de la pharmacie militaire

Histoire de la pharmaciePierre Bayen (1725-1798), le père de la pharmacie militaire

21.03.2013

À Chalons-en-Champagne, sa ville natale, un hôpital porte son nom, ce qui est un cas unique pour un pharmacien militaire. Pourtant, certains historiens de la pharmacie ont souvent déploré l’oubli dans lequel on l’avait laissé, malgré l’éloge que prononça Parmentier à sa mort. Remettons-le dans la lumière du XVIIIe siècle.

  • Costume d'apothicaire major des armées (1786), source : livre de Pierre Acker "De l'apothycaire...
  • Portrait de Pierre Bayen, gravure 18e siècle

LE 17 JANVIER 1708, un édit royal créait un service de santé des armées permanent, avec un corps d’officiers de santé comprenant des médecins, des chirurgiens et des apothicaires. En fait, si l’on remonte aux origines, c’est au milieu du XVIe siècle que l’on trouve les premières mentions d’apothicaires dans les armées, ces derniers n’étant encore que subordonnés aux médecins. En 1606, Henri IV, constatant les graves dégâts causés par les guerres, décidait de donner la Maison royale de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires