Me Caroline Cazaux, avocate chez Fidal :« Les structures d’achats vont perdre de leur intérêt »

Me Caroline Cazaux, avocate chez Fidal :« Les structures d’achats vont perdre de leur intérêt »

28.02.2013
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. - La profession de courtier en médicament est-elle réellement nouvelle en France ?

CAROLINE CAZAUX. - Effectivement. Car si l’activité de courtage existait, elle n’était pas réglementée, même si elle était régie par le code du commerce. Désormais, elle entre dans le code de la santé publique et est soumise au contrôle de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

De quel délai disposent les structures pharmaceutiques...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires