La vente en ligne réveille les appétits de la grande distribution - Leclerc, le retour

La vente en ligne réveille les appétits de la grande distributionLeclerc, le retour

07.02.2013

L’autorisation de commerce de médicaments sur Internet donne des idées à Michel-Edouard Leclerc. Après ses déclarations sur son blog, le patron des hypermarchés éponymes a redit lundi son intérêt pour la vente de spécialités pharmaceutiques. Une volonté qui n’a pas l’écho des associations de consommateurs, telle Familles Rurales. Ni de la ministre de la Santé qui a de nouveau rappelé aux syndicats de pharmaciens son attachement au réseau officinal.

  • Michel-Édouard Leclerc a toujours l’ambition de vendre des médicaments

ON POUVAIT s’y attendre. Michel-Edouard Leclerc entend profiter de l’autorisation faite aux officines de vendre en ligne des médicaments pour obtenir le droit de placer des spécialités dans les rayons de ses magasins. Sa logique est simple : l’ordonnance et le décret pris par le gouvernement sont susceptibles de créer une distorsion dans l’égalité d’accès à des médicaments moins chers entre les patients munis d’une connexion à Internet et les autres (« le Quotidien » du 24 janvier). Dans...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires