Alors que Mario Monti annonce son retrait - Où en est la libéralisation des pharmacies en Italie, un an après ?

Alors que Mario Monti annonce son retraitOù en est la libéralisation des pharmacies en Italie, un an après ?

20.12.2012

Il y a tout juste un an, le gouvernement de technocrates de Mario Monti se lançait dans une vaste opération de libéralisations. Dans ce programme, qui comprenait tout un chapitre dédié aux pharmacies, l’exécutif autorisait l’ouverture de cinq mille nouvelles officines. Qu’en est-il un an après, alors que le président du Conseil italien vient d’annoncer sa démission ?

  • Le président du Conseil italien avait lancé un vaste programme de dérégulation

C’ÉTAIT il y a un an. L’ancien commissaire européen Mario Monti adoptait au pas de course un plan d’austérité draconienne dès sa nomination en tant que Premier ministre, après la mise en retraite gouvernementale anticipée de Silvio Berlusconi. Un plan principalement axé sur des augmentations d’impôts, le rehaussement de l’âge de départ en retraite et la libéralisation de certains secteurs, dont les pharmacies. Trois mesures phares avaient été introduites : la libéralisation de la vente...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires