Un entretien avec Éric Molinié, président du SAMU social - « Les professionnels de santé sont au cœur du dispositif »

Un entretien avec Éric Molinié, président du SAMU social« Les professionnels de santé sont au cœur du dispositif »

17.12.2012

Alors que les rigueurs de l’hiver posent un nouveau défi aux sans-abri, les équipes du SAMU social de Paris repartent en maraude. Son président, Éric Molinié, explique au « Quotidien » quelles sont les priorités d’action de ses services confrontés à l’urgence. Il dit aussi comment les professionnels de santé, et parmi eux les pharmaciens, peuvent contribuer à leur venir en aide.

  • Depuis 2010, la situation des sans-abri s’est aggravée dans la capitale
  • « Les professionnels de santé sont au cœur du dispositif » - 2
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Combien de personnes, en Ile-de-France, vivent aujourd’hui dans la rue ?

ÉRIC MOLINIÉ.- II est difficile de répondre à cette question, puisque les personnes qui sont sans abri sont par nature en rupture de ban. Seule certitude : les équipes mobiles du SAMU social, qui a été fondé pour aller au-devant des grands exclus de la capitale et leur proposer une prise en charge médico-psycho-sociale, envoient chaque soir à l’hôtel quelque 20 000 personnes. Et force est...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires