Frais de livraison, ruptures d’approvisionnement, dégradation économique... - Les grossistes-répartiteurs s’expliquent

Frais de livraison, ruptures d’approvisionnement, dégradation économique...Les grossistes-répartiteurs s’expliquent

17.12.2012

Frais de livraison, ruptures d’approvisionnement, vente en ligne de médicaments : dans un entretien avec « le Quotidien », Hubert Olivier, président de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP), répond aux polémiques qui ont émaillé l’année. Il tire également la sonnette d’alarme sur la situation économique préoccupante de la répartition, touchée à la fois par la baisse du marché et par le développement du générique.

  • Hubert Olivier
  • Les grossistes-répartiteurs s’expliquent - 2
  • Les grossistes-répartiteurs s’expliquent - 3
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. - Les frais de livraison perçus par les grossistes-répartiteurs ont fait l’objet d’un rappel à la réglementation du ministère de la Santé et d’une vive polémique avec l’USPO. Comment pouvez-vous justifier, au nom du droit commercial, ces pratiques jugées illicites ?

HUBERT OLIVIER. - Nous avons effectivement été interpellés par la ministre de la Santé. Elle nous a envoyé une lettre comparable à celle que Xavier Bertrand nous avait déjà adressée entre les deux...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires