Les dépressifs moins sensibles aux parfums - L’« odorothérapie » au secours de la dépression

Les dépressifs moins sensibles aux parfumsL’« odorothérapie » au secours de la dépression

19.11.2012
  • L’« odorothérapie » au secours de la dépression - 1

VOUS n’appréciez plus l’odeur sucrée de la vanille ? Les arômes de cannelle ou d’amande amère vous laissent indifférent ? Attention, la dépression vous guette peut-être ! Ainsi pourrait-on interpréter les conclusions d’une récente étude qui démontre que les victimes de dépression sévère distinguent moins bien les odeurs agréables. Plus exactement, l’essai mené par des chercheurs de l’Université François-Rabelais de Tours aboutit à l’hypothèse que les troubles olfactifs pourraient annoncer...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires