Un entretien avec le nouveau président de l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France - « Nous demandons une véritable licence 1 pharmacie »

Un entretien avec le nouveau président de l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France« Nous demandons une véritable licence 1 pharmacie »

15.11.2012

Élu le 21 octobre au congrès de l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF) qui se déroulait à Reims, Réda Amrani-Joutey, étudiant en 4e année à Dijon, en est le nouveau président. Dans un entretien avec le « Quotidien », il rappelle les chevaux de bataille de l’association et s’exprime sur les évolutions de l’officine.

  • Reda Amrany Joutey
Quelles sont les priorités de l’ANEPF pour l’année à venir ?

Nos chevaux de bataille restent les mêmes : la première année commune des études de santé (PACES) arrive en tête. Après avoir émis de grosses réserves sur cette première année, nous nous battons depuis plus de cinq ans contre elle. Nous avons maintenant pu démontrer qu’elle est délétère pour nos études et ne prépare pas suffisamment à la deuxième année. En effet, l’an dernier, le taux d’échec en deuxième année atteignait 80 % en...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires