Politique de santé - Le médicament, cible des économies dans un contexte de crise

Politique de santéLe médicament, cible des économies dans un contexte de crise

29.10.2012

En plein débat sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2013 (PLFSS), Jean-Jacques Zambrowski, économiste de la santé, explique les enjeux politico-économiques des dépenses de santé. La nouvelle convention, ainsi que la nouvelle rémunération des pharmaciens d’officine, y sont étroitement liées, alors que le médicament est une fois de plus la cible de mesures d’économies importantes.

  • Jean-Jacques Zambrowski : " La croissance du poste médicament reste la plus faible »
  • Comparaison des différents postes de soins remboursés

« L’ASSURANCE-MALADIE devra réaliser 2,5 milliards d’euros d’économie en 2013 », souligne Jean-Jacques Zambrowski, économiste de la santé. Et, une fois de plus, le poste médicament ne sera pas épargné. « Malgré la stagnation des volumes, les montants remboursés continuent de croître », démontre-t-il, en citant les données de comptes nationaux de la santé pour 2011. Les dépenses remboursées de médicaments atteignaient ainsi près de 2 millions d’euros en janvier 2011, contre 1,7 million en...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires