Réforme de la rémunération - Honoraire : les syndicats divisés sur la méthode

Réforme de la rémunérationHonoraire : les syndicats divisés sur la méthode

29.10.2012

Alors que la réforme de la rémunération des officinaux doit progressivement entrer en vigueur, les syndicats de pharmaciens abordent les négociations dans la division. L’USPO exige d’abord que l’État accepte de conclure un contrat d’objectifs et de moyens, afin de déterminer l’enveloppe allouée à la profession. D’accord sur le principe, la FSPF n’en fait pas un préalable. Quant à l’UNPF, elle se montre de plus en plus réticente.

  • D'accord sur le diagnostic, les représentants de la profession divergent quant au remède

POUR Gilles Bonnefond, président de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO), la réforme de la rémunération des officinaux intervient « dans un contexte économique où les marges de manœuvre sont inexistantes. Il faut donc conclure un contrat d’objectifs et de moyens avec les pouvoirs publics pour les cinq ans à venir », réclame-t-il. Il souhaite ainsi que la profession gagne de la visibilité à moyen terme, afin de s’engager dans la mise en place de l’honoraire de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 18

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.