Accord tiers payant contre génériques - Quand les caisses font du zèle

Accord tiers payant contre génériquesQuand les caisses font du zèle

24.09.2012

Rien ne va plus entre les pharmaciens d’officine et certaines caisses primaires d’assurance-maladie (CPAM). Face à une évolution jugée trop lente du taux de substitution, des directeurs de CPAM ont en effet décidé de bloquer le paiement des factures jugées non conformes à l’accord tiers payant contre génériques. Un procédé contesté par les syndicats d’officinaux.

  • Certaines CPAM font leur propre lecture de l’accord

« NOUS SOMMES traités comme des chiens. » Pour Catherine Debelmas, pharmacienne installée à Clamart (Hauts-de-Seine), la coupe est pleine. Engagée de longue date dans la promotion des médicaments génériques, cette officinale se déclare aujourd’hui à la limite du burn out. La raison ? « La caisse primaire d’assurance-maladie des Hauts-de-Seine (CPAM-92) nous met une pression incroyable pour atteindre les objectifs fixés par la convention nationale », explique-t-elle, un brin excédée par le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Impots

À la Une Fiscalité : ce qui vous attend en 2018 Abonné

Hausse de la CSG, fin du RSI, baisse du taux de l’impôt sur les sociétés, rabotage du CICE ou encore programmation de l’imposition à la source… Entre promesses de campagne du candidat Macron et mesures prévues par l'ancien gouvernement, l’année 2018 augure quelques bouleversements dans la fiscalité des titulaires. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.