Accord tiers payant contre génériques - Quand les caisses font du zèle

Accord tiers payant contre génériquesQuand les caisses font du zèle

24.09.2012

Rien ne va plus entre les pharmaciens d’officine et certaines caisses primaires d’assurance-maladie (CPAM). Face à une évolution jugée trop lente du taux de substitution, des directeurs de CPAM ont en effet décidé de bloquer le paiement des factures jugées non conformes à l’accord tiers payant contre génériques. Un procédé contesté par les syndicats d’officinaux.

  • Certaines CPAM font leur propre lecture de l’accord

« NOUS SOMMES traités comme des chiens. » Pour Catherine Debelmas, pharmacienne installée à Clamart (Hauts-de-Seine), la coupe est pleine. Engagée de longue date dans la promotion des médicaments génériques, cette officinale se déclare aujourd’hui à la limite du burn out. La raison ? « La caisse primaire d’assurance-maladie des Hauts-de-Seine (CPAM-92) nous met une pression incroyable pour atteindre les objectifs fixés par la convention nationale », explique-t-elle, un brin excédée par le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Conseil d'Etat

Communication : le Conseil d’État desserre l'étau

Dans une étude rendue publique hier, le Conseil d’État préconise la suppression de l'interdiction de la publicité pour les professionnels de santé, y compris pour les pharmaciens, du code de la Santé publique. Il se déclare même... 1

Partenaires