Une situation aux effets délétères - Rupture de stocks : situation critique en Haute-Loire

Une situation aux effets délétèresRupture de stocks : situation critique en Haute-Loire

13.09.2012

Révélée par la presse locale en pleine période estivale, la situation des pharmaciens de Haute-Loire reste préoccupante en matière d’approvisionnement. Dans plusieurs officines, les médicaments, toutes classes thérapeutiques confondues, sont touchés par des ruptures de stocks avec les effets négatifs que l’on peut imaginer non seulement pour le pharmacien mais surtout pour des patients en attente de traitement.

  • Jean-Marc Gagnaire, président de l’Ordre régional d’Auvergne

« DEPUIS 2006, nous constatons les effets des ruptures de stocks, confie Jean-Marc Gagnaire, président de l’Ordre régional d’Auvergne, mais ce qui nous préoccupe actuellement c’est l’augmentation du phénomène et son amplitude. Tout type de produit est concerné, avec une croissance exponentielle qui perdure, et devient de plus en plus problématique. Pour ma part, j’ai observé ce matin même (3 septembre) ma livraison grossiste et je suis actuellement à 29 % de manquants, ce qui est énorme....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires