La CNAM sanctionne un mauvais substitueur - Les dessous d’un déconventionnement

La CNAM sanctionne un mauvais substitueurLes dessous d’un déconventionnement

06.09.2012

En raison d’un taux de substitution très bas, une pharmacie des Deux-Sèvres se retrouve déconventionné pendant un mois. Pourquoi une telle sanction qui paraît pour le moins inhabituelle ? « Le Quotidien » a mené l’enquête.

LA PROCÉDURE est inhabituelle. Le directeur général de la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) la qualifie même d’« exceptionnelle ». « Seulement deux sanctions de ce type ont été prononcées sur le territoire national », a expliqué Frédéric van Roekeghem. À compter du 15 septembre, et pour un mois, Jacqueline Girardeau et son associé, titulaires à Airvault (Deux-Sèvres), ne seront plus conventionnés avec l’assurance-maladie. La raison ? On leur reproche de ne pas avoir atteint leur...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires