Rumeurs et dénigrements - Le générique contre-attaque

Rumeurs et dénigrementsLe générique contre-attaque

24.05.2012

Efficacité, sécurité, qualité : tout fait défaut chez les génériques, à en croire les différentes campagnes de dénigrement. Pourtant, la vérité semble tout autre, selon les autorités sanitaires qui s’inquiètent de ces incessantes remises en cause. Alors, à qui profite le crime ? Difficile de répondre à cette question, mais force est de constater que ces campagnes surviennent généralement lorsque des brevets importants arrivent à échéance.

  • La qualité et l’efficacité des génériques sont reconnues par l’Agence du médicament et l’Académie...

LES ATTAQUES contre les génériques ne sont pas nouvelles. Habituellement pointés pour leurs excipients différents et susceptibles d’être plus dangereux que ceux contenus dans les princeps, ces médicaments sont souvent accusés d’être moins efficaces ou de contenir des matières premières de moins bonne qualité. Après une légère accalmie, un récent rapport de l’Académie de médecine a, de nouveau, jeté de l’huile sur le feu. Avec toujours la même rengaine sur la qualité et l’efficacité des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Téléconsultation : bientôt sur vos écrans Abonné

Une démarche inédite pour la profession. À la suite des médecins, les pharmaciens pourront désormais proposer une téléconsultation à leurs patients. Un avenant conventionnel fixe depuis le 6 décembre les conditions d’exercice de ce nouveau service à l’officine. Commenter

Partenaires