Des pharmacies exsangues malgré une assurance-maladie florissante - L’évolution de l’honoraire au cœur du malaise allemand

Des pharmacies exsangues malgré une assurance-maladie florissanteL’évolution de l’honoraire au cœur du malaise allemand

10.05.2012

Alors que l’assurance-maladie allemande affiche un excédent record de 19 milliards d’euros, les pharmaciens d’Outre-Rhin subissent depuis trois ans une cure d’austérité drastique et voient leurs résultats et leurs revenus s’effondrer. Rappelant qu’ils ont largement été mis à contribution pour redresser les comptes des caisses de maladie, ils estiment légitime de bénéficier maintenant d’un allégement des mesures d’économie qui les frappent… mais les caisses, comme le gouvernement, ne l’entendent pas de cette oreille.

  • Les pharmacies allemandes ont été largement mises à contribution pour le redressement des comptes...

SUR LES 19 milliards de bénéfices engrangés l’an dernier par l’assurance-maladie obligatoire (sur un total de recettes de 199 milliards pour 180 millions de dépenses), plus de 9 milliards concernent le médicament, et, donc, plus ou moins directement, les pharmacies d’officine : blocage des prix, contrôles accrus des prescriptions, augmentation de certains tickets modérateurs et « contributions spéciales » imposées aux grossistes et aux officines. Conséquence, le résultat de celles-ci est...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
picto

Pictogramme grossesse : une fausse bonne idée à réviser

L’apposition de pictogrammes « médicament et grossesse » est une intention louable, mais la coexistence de deux pictogrammes, présents sur 60 à 70 % des médicaments, est une source d’inquiétude parfois infondée pour les patientes... Commenter

Partenaires