L’UFC-Que Choisir se paye le monopole - Les contradictions d’une enquête à charge

L’UFC-Que Choisir se paye le monopoleLes contradictions d’une enquête à charge

02.04.2012

L’UFC-Que Choisir revient à la charge avec une enquête qui épingle les pharmaciens sur l’insuffisance du conseil pharmaceutique, l’opacité des prix et l’importance des écarts tarifaires. Sa conclusion ? Il faut permettre la vente de médicaments sans ordonnance en grande surface ! Les représentants de la profession montent au créneau.

  • La méthodologie du client-mystère est loin d’être irréprochable
  • Les contradictions d’une enquête à charge - 2

À LA PREMIÈRE LECTURE, l’enquête de l’UFC-Que Choisir semble sans appel. Ce sont 648 officines qui ont été visitées, réparties dans 17 départements, du 23 au 31 décembre et du 19 au 21 janvier derniers. Les enquêteurs devaient signaler qu’ils avaient un rhume et demander la délivrance concomitante d’Aspirine UPSA Vitamine C 330 mg et de Rhinureflex. Si 52 % des pharmaciens ont délivré un conseil spontané sur l’interaction possible des deux spécialités, 10 % ne l’ont fait qu’après...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires