Violence de la campagne - La surface des choses

Violence de la campagneLa surface des choses

20.02.2012

Nicolas Sarkozy a fait très fort en accusant François Hollande, lors de son premier discours de campagne, de « mentir matin et soir ». Aussitôt, les lieutenants du candidat socialiste, de Benoît Hamon à Claude Bartolone (« la fin d’un quinquennat de faussaires »), ont riposté par un tir de barrage où l’on trouvait toute la gamme des épithètes insultantes. Ils ont été aidés par les deux extrêmes, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Le tableau général n’est pas favorable au débat de fond.

POUR FRANÇOIS HOLLANDE, il s’agit tout simplement d’achever M. Sarkozy, à la traîne dans les sondages. Pour le président sortant, il s’agit de remonter la pente avec l’énergie du désespoir, laquelle ne dicte pas les paroles de la sagesse. François Bayrou dénonce la « sarkhollandisation » du débat national. À chaque échéance électorale, les candidats qui peinent à se qualifier pour le deuxième tour utilisent la même argumentation. Le président du MoDem a au moins l’avantage de représenter...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ibu

Ibuprofène et kétoprofène aggravent les infections, alerte l'ANSM

Une enquête des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) de Tours et Marseille, suggère le « rôle aggravant » de l'ibuprofène et du kétoprofène en cas d'infection. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits... 6

Partenaires