Nouveau plan de libéralisations en Italie - Mario Monti s’attaque de nouveau aux pharmacies

Nouveau plan de libéralisations en ItalieMario Monti s’attaque de nouveau aux pharmacies

16.01.2012

Après avoir fait marche arrière en décembre dernier, le gouvernement italien revient sur ses pas : le décret sur les libéralisations, qui concerne notamment les pharmacies, devrait être adopté cette semaine. Au menu : l’augmentation du nombre d’officines et la libéralisation de la vente des médicaments sans vignette mais vendus sur ordonnance.

  • Le chef du gouvernement italien veut ouvrir le secteur de la pharmacie à la concurrence

UNE OPÉRATION indispensable, selon le président du Conseil italien, Mario Monti, pour relancer les moteurs de la croissance. « Ce n’est pas en déplaçant la vente du médicament vers la grande distribution que le PIB va augmenter. Il s’agira au grand maximum d’une redistribution », rétorque Andrea Mandelli, président de la fédération des Ordres des pharmaciens italiens (FOFI). Pour lui, ces décisions ne sont pas « des libéralisations mais une opération montée à bon escient pour renforcer...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires