Le conseil d’un expert-comptable pour faire face aux difficultés économiques - « La seule variable d’ajustement est la productivité »

Le conseil d’un expert-comptable pour faire face aux difficultés économiques« La seule variable d’ajustement est la productivité »

05.12.2011

Activité en berne, évolution proche du néant, désertification médicale, concurrents low cost, modèle économique bouleversé… Pourtant, certains confrères tirent leur épingle du jeu. C’est une pharmacie à deux vitesses qui se met en place. Le cabinet d’expertise comptable Fiducial fait le point sur l’économie de l’officine sur les dix dernières années et livre ses préconisations.

  • « La seule variable d’ajustement est la productivité » - 1
  • « La seule variable d’ajustement est la productivité » - 2

« L’ÉCONOMIE de l’officine en 2010 n’est pas un grand cru, cela ne sera pas mieux en 2011 », commente Philippe Becker, directeur du département pharmacie chez Fiducial. Une analyse qui se fonde sur l’étude d’environ 500 officines clientes de Fiducial et suivies depuis une quinzaine d’années. Globalement, le cabinet d’expertise comptable note une rentabilité critique face au poids des emprunts, des investissements et d’une trésorerie « aux abonnés absents ». Car, depuis deux ans, l...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires