Paris et Berlin dans la tourmente - La politique de la lucidité

Paris et Berlin dans la tourmenteLa politique de la lucidité

05.12.2011

Ce qu’il n’y avait pas dans le long discours que Nicolas Sarkozy a prononcé jeudi dernier à Toulon, c’est un aveu essentiel : l’Allemagne, comme la chancelière Angela Merkel l’a confirmé le lendemain devant le Bundestag, n’acceptera aucune solution miracle. Il n’y aura ni mutualisation de la dette ni prêteur de dernier recours. L’avenir de l’euro et de l’Union européenne passera donc par un nouveau traité européen, dont la rédaction demandera plusieurs mois, en pleine période électorale.

M. SARKOZY a fait un discours de circonstance qui lui a valu, comme on pouvait s’y attendre, de virulentes critiques de la gauche. Le nombre de mots d’un discours ne saurait occulter une vérité simple : c’est par le retour à l’équilibre budgétaire qu’un pays, fût-il associé au reste de l’Europe, mettra un terme à la crise de l’endettement. Et chaque gouvernement est renvoyé par la chancelière à ses propres responsabilités. Le président de la République en a pris acte. Il était inutile de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires