La cosmétique sans crème - Aux frontières de la chirurgie esthétique

La cosmétique sans crèmeAux frontières de la chirurgie esthétique

28.11.2011

Toxine botulique, acide hyaluronique, laser… La médecine esthétique, qui rend beau (ou belle) et repousse les effets du temps et de la fatigue, séduit de plus en plus. Aujourd’hui, plus question de condamner en bloc ces techniques, encore moins de les ignorer. Le pharmacien, comme le médecin, doit savoir accompagner le client qui souhaite y recourir par des conseils avisés.

  • Seules les toxines botuliques A disposent d’une AMM dans le traitement des rides

UNE RIDE, des poches sous les yeux, des tâches brunes sur la main… Le temps ne joue pas en notre faveur, mais la médecine si. Car quand les crèmes et autres dispositifs à appliquer ne suffisent plus, certaines (et certains aussi) n’hésitent pas à franchir le pas vers des méthodes plus radicales.

Sans anesthésie et sans bistouri, la médecine esthétique progresse et séduit de plus en plus de Français. La fontaine de Jouvence de notre époque prend des allures de centres médicaux dédiés...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires