Le nouveau budget de la Sécu pénalise lourdement l’officine - Drôle d’ONDAM

Le nouveau budget de la Sécu pénalise lourdement l’officineDrôle d’ONDAM

21.11.2011

Fait exceptionnel, les députés vont réexaminer à partir d’aujourd’hui le budget de la Sécurité sociale pour l’année suivante. En effet, les parlementaires ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur un texte après que le Sénat a modifié profondément le projet de loi voté à l’Assemblée nationale. Un autre événement est venu bousculer le déroulement habituel des débats : l’annonce d’un nouveau plan de rigueur, qui révise à la baisse les objectifs de dépense pour 2012.

  • Les députés doivent se pencher à nouveau sur le financement de la Sécurité sociale pour 2012

C’EST REPARTI pour un tour. L’Assemblée nationale examine à nouveau à partir d’aujourd’hui le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2012. Les sept sénateurs et les sept députés réunis en commission mixte paritaire (CMP) ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur un texte commun. Le Sénat, désormais à majorité de gauche, avait en effet largement amendé la version adoptée par l’Assemblée nationale, à majorité de droite. Du coup, le PLFSS va de nouveau être...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires