Le médicament mis à contribution - Coût de la rigueur : 10 000 euros par officine en 2012

Le médicament mis à contributionCoût de la rigueur : 10 000 euros par officine en 2012

17.11.2011

L’économie de l’officine est en crise et les mesures de rigueur annoncées ne vont qu’accentuer les difficultés. L’évolution inéluctable du mode de rémunération n’est plus qu’une question de temps. Les représentants syndicaux, présents lors du Congrès Népenthès, à Lille, ont profité de cette tribune pour faire le point sur ce qui se prépare, à quelques mois de l’échéance présidentielle.

« CE QUE nous avons pu entreprendre ces dernières années était en germe dans la campagne présidentielle précédente. Les syndicats se sont mobilisés pour obtenir des candidats à l’élection présidentielle un certain nombre de garanties pour la profession. Il va falloir recommencer ce travail avec l’échéance de 2012 », souligne Philippe Besset, président de la commission économie de l’officine à la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF). Ce début de quinquennat a été...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Impots

À la Une Fiscalité : ce qui vous attend en 2018 Abonné

Hausse de la CSG, fin du RSI, baisse du taux de l’impôt sur les sociétés, rabotage du CICE ou encore programmation de l’imposition à la source… Entre promesses de campagne du candidat Macron et mesures prévues par l'ancien gouvernement, l’année 2018 augure quelques bouleversements dans la fiscalité des titulaires. Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.