Une campagne pour la contraception - Briser les stéréotypes chez les 20-35 ans

Une campagne pour la contraceptionBriser les stéréotypes chez les 20-35 ans

31.10.2011

L’Institut national de prévention et d’éducation à la santé (INPES) et le ministère de la Santé lancent une campagne « Contraception » pour interpeller les femmes de 25-35 ans qui prennent la pilule et rappeler qu’en cas d’oublis fréquents, d’autres modes de contraception peuvent être envisagés.

  • Pour une contraception mieux adaptée

NORA BERRA, secrétaire d’État à la Santé, l’a affirmé lors du lancement de la campagne : on ne peut réduire le problème de la contraception « au seul problème de l’accès aux moyens de contraception ». Ce, d’autant que l’amélioration du recours à la contraception, depuis 30 ans, « n’empêche pas que le taux de grossesses non désirées reste élevé (21 %), notamment chez des femmes sous pilule ». La campagne s’adresse particulièrement aux femmes entre 20 et 35 ans qui utilisent un contraceptif...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires