La pharmacie, un patrimoine vivant - Quand Louis Jouvet faillit devenir potard

La pharmacie, un patrimoine vivantQuand Louis Jouvet faillit devenir potard

27.10.2011

Il y a une trentaine d’années, Monique Maudry réalisait pour sa pharmacie de Chatou une vitrine intitulée « Arsenic et vieilles dentelles » et gagnait un concours récompensant la plus belle vitrine. Aujourd’hui, elle revient sur 50 ans de service et raconte l’histoire fabuleuse de sa pharmacie qui vit notamment les débuts de Louis Jouvet, avant que celui ne passe de l’officine au théâtre.

  • Vitrine aménagée en petit musée
  • Sacoche de livraison de Jean Se´journet
  • Marie-Hélène Maudry, actuelle propriétaire de la pharmacie de Chatou

PEU DE MOBILIER d’origine dans cette pharmacie qui vit le jour en 1863, mais toujours une charmante vitrine, sorte de petit musée aménagé pour les passants, dont les objets rappellent les anciennes méthodes pharmaceutiques (qu’on ne regrette guère). Parmi les plus parlants, un ouvre bouche peu sympathique, que l’on vissait entre les dents du patient souffrant de trismus, c’est-à-dire la contraction excessivement douloureuse de la mâchoire due au tétanos ; une modeste brosse à dent en os...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Réunion

À la Une Gestion de la formation : les dessous d'un choix Abonné

La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) et quatre syndicats de salariés viennent de conclure un accord de branche désignant l’OPCO des services de proximité, de l’artisanat et des professions libérales, alias OPCO Pepss, comme nouvel opérateur de compétences. Celui-ci sera chargé d'organiser et de gérer la formation professionnelle et l'apprentissage des salariés de... 2

Partenaires