Sécurité dans les officines - Les déclarations d’agressions repartent à la hausse

Sécurité dans les officinesLes déclarations d’agressions repartent à la hausse

24.10.2011

Les agressions en pharmacie sont-elles reparties à la hausse ? Peut-être bien. En tout cas, le nombre de déclarations auprès de l’Ordre des pharmaciens s’envole ces derniers mois : +35 %, rien que sur le premier semestre 2011. Le protocole pour la sécurité des personnels de santé signé par les Ordres professionnels et le gouvernement n’y est peut-être pas étranger.

  • Le nombre d’agressions signalées à l’Ordre a augmenté de 35 % au premier semestre 2011

L’ORDRE des pharmaciens s’intéresse de près au phénomène d’insécurité qui touche les officines. Agressions physiques et verbales ne sont pas l’apanage des petits commerces de proximité. Les professionnels de santé y sont également de plus en plus confrontés. À tel point que l’on estime aujourd’hui que l’insécurité est également un facteur de désertification médicale. Confrontés à la montée de la violence dans certains quartiers, il n’est plus rare que des médecins décident d’abandonner...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 23

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.