Réforme de la sécurité sanitaire du médicament - Bons et mauvais points

Réforme de la sécurité sanitaire du médicamentBons et mauvais points

17.10.2011

Le projet de loi relatif au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé, adopté à l’Assemblée nationale le 4 octobre, se voulait le symbole d’un « après Mediator », selon la volonté du ministre de la Santé, Xavier Bertrand. Avant son passage devant le Sénat, le texte a été abondamment commenté lors du Forum des pharmaciens à Toulouse.

LE 7e FORUM des pharmaciens, qui vient de se tenir à Toulouse, avait choisi comme premier thème de débat « Médicament : de nouvelles règles pour plus d’éthique ». Le texte renforçant la sécurité sanitaire du médicament venait juste d’être adopté par l’Assemblée nationale. L’occasion pour Catherine Lemorton, députée PS, d’indiquer que son groupe s’était abstenu lors du vote, car « il n’est pas complètement satisfait. Cette réforme comprend des points positifs, comme la déclaration...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires