Une nouvelle façon de vendre la parapharmacie - Les automates extérieurs gagnent du terrain

Une nouvelle façon de vendre la parapharmacieLes automates extérieurs gagnent du terrain

19.09.2011

Les vitrines automatiques de « La Petite Parapharmacie », installées à l’extérieur des officines, ont gagné la côte cet été avec des installations à Guétary, Ouistreham ou Menton et poursuivi leur percée à Paris. Récit d’une expérience réussie dans la capitale.

  • Une clientèle de plus en plus séduite par cette offre de dépannage

« J’AI ÉTÉ TENTÉE par le côté innovant et moderne. Ma pharmacie étant située juste en face d’un Carrefour Market, je voulais attirer une clientèle qui fait des courses jusqu’à 22 heures et également des clients de passage autour d’une offre de produits de premiers soins et d’hygiène », explique Isabelle Brunet, titulaire de la pharmacie Convention Vouillé dans le 15e arrondissement de Paris qui a installé un automate dans sa vitrine en avril dernier. Autre intérêt pour Isabelle Brunet :...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires