À droite comme à gauche - Le règne de la désunion

À droite comme à gaucheLe règne de la désunion

12.09.2011

Outre une impopularité tenace, Nicolas Sarkozy souffre maintenant des divisions croissantes qui apparaissent dans sa majorité : miné par la perte de confiance des élus dans la capacité du président à emporter l’élection présidentielle de 2012 et par les candidatures centristes, principalement celle de Jean-Louis Borloo, le président en exercice reste au plus bas dans les sondages. À gauche, l’affaire Guérini (le sénateur, président de la fédération socialiste et du conseil général des Bouches-du-Rhône a des démêlés avec la justice) et les attaques de Ségolène Royal contre ses compétiteurs n’améliorent pas le climat électoral.

  • Ségolène Royal attaque ses concurrents

À PRÈS DE HUIT MOIS de l’élection présidentielle, il est certes préférable de relativiser des symptômes de crise politique qui ne seront sans doute qu’éphémères. Il ne faut pas non plus accabler le système des primaires. Ceux qui lui sont hostiles en dénoncent les aspects conflictuels pour mieux étayer leur position de principe. Pourtant, les primaires, si elles se déroulent démocratiquement, engendrent inévitablement des querelles au sein du parti qui les a voulues. Ces querelles sont...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires