Cour des comptes, affaire DSK - Le règne de l’arrière-pensée

Cour des comptes, affaire DSKLe règne de l’arrière-pensée

11.07.2011

La Cour des comptes a diffusé la semaine dernière un rapport particulièrement sévère pour la politique de sécurité du gouvernement. Claude Guéant, ministre de l’Intérieur, a aussitôt dénoncé « des erreurs et des inexactitudes » qui entacheraient, selon lui, le document. Du coup, la droite fait à la gauche le procès de ses arrière-pensées électorales. Elle n’a pas complètement tort, mais le jugement est valable pour chacun des deux camps.

  • Le règne de l’arrière-pensée - 1

DANS LA « COLÈRE » qu’il dit avoir ressentie, M. Guéant s’est bien gardé d’accuser Didier Migaud, président socialiste de la Cour nommé à ce poste par Nicolas Sarkozy. D’abord parce que M. Migaud est au-dessus de tout soupçon ; ensuite parce que ses fonctions ne lui permettent pas de rédiger lui-même les rapports, parfois très fouillés de la Cour ; enfin parce que, de tout temps, et notamment lorsque Philippe Séguin la présidait, la Cour n’a jamais été complaisante avec le pouvoir, quel...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
hep C

Hépatite C chronique : les généralistes ont la main

La prescription de deux antiviraux à action directe (AAD) pour le traitement de l’hépatite C chronique est désormais ouverte aux médecins généralistes, comme prévu par le Plan priorité prévention. Jusqu’à présent réservés à... Commenter

Partenaires