Vente de médicaments sur Internet - Bientôt la fin de l’exception française ?

Vente de médicaments sur InternetBientôt la fin de l’exception française ?

30.06.2011

Depuis l’arrêt DocMorris en 2003, la vente de médicaments sur Internet est une réalité dans 16 pays européens. Selon une étude Eurostaf, cette pratique arrivera en France à moyen terme. Même si le gouvernement s’y montre fort opposé, le sujet pourrait revenir à l’ordre du jour en 2012.

« EN FRANCE, il n’y a aucun cadre juridique sur la question. La vente de médicaments sur Internet n’est pas interdite, mais, de fait, il n’existe pas de site français proposant cette vente. » Cécile Gillet, expert du pôle agroalimentaire chez Eurostaf, est catégorique. Le canal de distribution est bien précisé, tout médicament doit être vendu par un pharmacien, mais il pourrait profiter du vide juridique pour user de cette pratique.

« Nous étions dans un cas similaire au début des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires