Communication sur un défibrillateur - L’Ordre annule sa sanction contre une consœur

Communication sur un défibrillateurL’Ordre annule sa sanction contre une consœur

27.06.2011

En mars 2010, une consœur d’Argentan, dans l’Orne, écopait d’un avertissement pour faute professionnelle en chambre de discipline, pour avoir répondu aux questions d’un journaliste de la presse locale. La titulaire a fait appel de cette décision et obtenu gain de cause : le Conseil national de l’Ordre vient de l’annuler.

  • L’article qui avait mis le feu aux poudres

APRÈS DEUX ANNÉES de procédure, la pharmacienne Christine Genin-Cossin, installée à Argentan et portant les couleurs de l’enseigne Viadys (groupe PHR), est enfin lavée des accusations de communication prohibée, sollicitation de clientèle et publicité déguisée.

Rappel des faits. Début 2009, une journaliste de la presse locale entre dans une officine d’Argentan (Orne) pour raisons personnelles ; elle en profite pour poser quelques questions à la pharmacienne sur des produits minceur...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires