Fuite au baccalauréat - L’objet de notre ressentiment

Fuite au baccalauréatL’objet de notre ressentiment

27.06.2011

La diffusion sur Internet du résultat d’un exercice du bac S aura provoqué ce que les Américains appellent un « orage parfait » : le ministère de l’Éducation nationale a refusé d’annuler l’épreuve, ce qui a fait beaucoup de mécontents, chez les enseignants et les élèves, mais il y en aurait eu autant s’il avait décidé l’inverse. Finalement la partie de l’examen qui a donné lieu à une fuite ne sera pas notée, les points étant répartis dans les autres chapitres de l’épreuve.

  • Le stress du baccalauréat

LA PRESSE n’a pas perdu du temps pour poser les bonnes questions. Le baccalauréat ne doit-il pas être supprimé ou réformé ? Un contrôle continu des connaissances ne serait-il pas plus efficace ? Doit-on maintenir une institution qui n’existe qu’en France ? Ces questions seraient décisives si elles s’adressaient à un peuple ouvert aux réformes. D’une part, on a vite fait de rétorquer que le comportement délictueux de trois individus (auteurs de la fuite, ils ont été mis en garde à vue) ne...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires