Vincent Cotard dresse le bilan de son mandat à l’AFIPA - Défendre les valeurs ajoutées de l’officine

Vincent Cotard dresse le bilan de son mandat à l’AFIPADéfendre les valeurs ajoutées de l’officine

14.06.2011

Après avoir passé près de quatre ans à la tête de l’Association française de l’industrie pharmaceutique pour une automédication responsable (AFIPA), Vincent Cotard dresse le bilan de son mandat et revient sur les évolutions qui ont marqué la vie de la médication officinale ces dernières années. Appelé à d’autres fonctions au sein de son laboratoire, Vincent Cotard présidera en juillet prochain la filiale Australie/Nouvelle-Zélande de GlaxoSmithkline Consumer Healthcare.

  • Défendre les valeurs ajoutées de l’officine - 1
  • Le libre accès n’empêche pas le conseil
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Quel bilan tirez-vous de votre mandat à la tête de l’AFIPA ?

VINCENT COTARD.- Au-delà de mon propre bilan, j’estime que c’est le bilan de la médication officinale qui a été positif. Elle est désormais au cœur de nombreux débats, jusqu’aux très actuelles Assises du médicament. Indéniablement, l’automédication occupe aujourd’hui une place dans le système de santé plus importante qu’hier. Plusieurs actions ont été menées ces dernières années pour confirmer cette...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires