Face à la croissance mondiale du marché du faux médicament - Former des pharmaciens à la lutte contre la contrefaçon

Face à la croissance mondiale du marché du faux médicamentFormer des pharmaciens à la lutte contre la contrefaçon

09.06.2011

Le chiffre d’affaires mondial du trafic du faux médicament est estimé aujourd’hui à 50 milliards d’euros, 60 % des produits vendus sur le millier de sites internet spécialisés sont des contrefaçons, et des pays entiers, notamment en Afrique, voient leur circuit officiel de distribution envahi (jusqu’à 20 %) par les médicaments contrefaits. Les facultés de pharmacie ne peuvent rester indifférentes face à ce phénomène et vont devoir adapter leurs enseignements pour que les étudiants puissent distinguer un faux médicament d’un vrai.

RÉUNI à la fondation Mérieux, à Annecy, le colloque consacré au faux médicament dans le cadre de la 10° Conférence du CIDPHARMEF (« le Quotidien » du 6 juin), était conjointement organisé par la Fondation Chirac, principale institution française spécialisée dans ce domaine, les responsables de l’association des doyens des facultés francophones et la Centrale humanitaire médico-pharmaceutique (Clermont-Ferrand), qui fournit en médicaments génériques essentiels les centrales d’achat des...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
equilibre

À la Une Accord CNAM : compromis ou trahison ? Abonné

L'assurance-maladie et les syndicats de pharmaciens jouent les funambules dans les négociations conventionnelles qui viennent de se rouvrir. Car tout est affaire d'équilibre entre la CNAM, qui cherche à récupérer un « trop perçu » par les pharmaciens, et les syndicats aux intérêts divergents. Alors que la FSPF refuse tout compromis qui ne permettrait pas au réseau officinal de recouvrir son... 5

Partenaires