Les ambitions de la filiale France du géant indien - Zydus joue la carte de la proximité avec les pharmaciens

Les ambitions de la filiale France du géant indienZydus joue la carte de la proximité avec les pharmaciens

30.05.2011

Pour l’heure encore modeste acteur du générique dans l’Hexagone, la filiale française du géant Indien Zydus ne manque pas pour autant d’ambition. Développer ses partenariats avec les acteurs clés du monde pharmaceutique, élargir son portefeuille de produits et consolider ses relations avec ses clients pharmaciens, telles sont les priorités d’action de Zydus France que son PD-G, Karl Parance, a détaillé avec enthousiasme au « Quotidien ».

  • Karl Parance, P-DG de Zydus France : " Une tradition de partenariats »
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Pouvez-vous nous dire quelques mots sur l’histoire de Zydus, ce laboratoire d’origine indienne dont vous dirigez la filiale française ?

KARL PARANCE.- Ce laboratoire, créé en 1952 par M. Raman Patel père, est marqué par une histoire familiale qui se prolonge aujourd’hui. Actuellement son président est Pankaj Patel, fils du fondateur, et la troisième génération arrive puisque Sharvil Patel, son propre fils, vient d’entrer dans le groupe à l’âge de 34 ans. Le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires