Un entretien avec Gilles Bonnefond, président de l’USPO - Près de 880 incidents signalés en trois mois

Un entretien avec Gilles Bonnefond, président de l’USPOPrès de 880 incidents signalés en trois mois

26.05.2011
  • JOURNEE  DE L ' ECONOMIE OFFICINE QPH PHARMACIEN 2006 BONNEFOND GILLES
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. - Pourquoi avez-vous décidé de mettre en place un observatoire des ruptures d’approvisionnement en médicaments ?

GILLES BONNEFOND. – Avec l’enquête, nous avions voulu réaliser une photo de la situation. Avec l’observatoire, nous souhaitions identifier l’origine de ces ruptures et comprendre pourquoi le phénomène s’amplifie. Finalement, en trois mois, près de 880 incidents nous ont été signalés ; ceux-ci ne concernaient pas moins de 264 spécialités différentes....

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
picto

Pictogramme grossesse : une fausse bonne idée à réviser

L’apposition de pictogrammes « médicament et grossesse » est une intention louable, mais la coexistence de deux pictogrammes, présents sur 60 à 70 % des médicaments, est une source d’inquiétude parfois infondée pour les patientes... Commenter

Partenaires