Enquêtes sur l’approvisionnement en médicaments - Les vraies raisons des ruptures de stock

Enquêtes sur l’approvisionnement en médicamentsLes vraies raisons des ruptures de stock

26.05.2011

Les ruptures d’approvisionnement empoisonnent l’ensemble des acteurs de la chaîne du médicament. Toutefois, ses responsables semblent prêts à entamer une réflexion pour trouver des solutions. Elle a d’ailleurs commencé la semaine dernière à l’occasion d’une rencontre organisée par la société Groupe Marketing Global (GMG).

LES RUPTURES d’approvisionnement en médicaments inquiètent de plus en plus d’officinaux. Selon une enquête réalisée par l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) entre le 7 février et le 11 mars auprès de 1 150 titulaires, près de 9 pharmaciens sur 10 déclaraient avoir constaté une augmentation du phénomène (« le Quotidien » du 28 mars 2011). Et les trois-quarts des pharmaciens ayant répondu à l’enquête de l’USPO affirmaient y être confrontés au moins une fois par semaine....

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires