26 propositions de l’Ordre pour réformer la sécurité sanitaire - Le pharmacien d’officine prescripteur de vigilance

26 propositions de l’Ordre pour réformer la sécurité sanitaireLe pharmacien d’officine prescripteur de vigilance

16.05.2011

Dans la foulée de l’affaire du Médiator, Xavier Bertrand mettait en place en février dernier les Assises du médicament. L’objectif du ministre de la Santé : engager une large concertation sur la refonte du système de sécurité sanitaire des produits de santé. Dans ce cadre, l’Ordre des pharmaciens vient de publier 26 propositions afin d’améliorer la qualité de la prise en charge des malades.

  • L’Ordre milite pour la création d’un portail national dédié à la pharmacovigilance

APRÈS plus de trois mois de travaux, les Assises du médicament remettront leurs conclusions d’ici au 30 mai. Mais d’ores et déjà, les acteurs de la chaîne du médicament ont rendu public le fruit de leurs réflexions (voir ci-dessous). Parmi eux, le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens (CNOP). « Le pharmacien doit être prescripteur de vigilance », estime ainsi sa présidente, Isabelle Adenot. « Les officinaux sont en pôle position pour la vigilance, ils doivent alerter les autorités...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
DMP

DMP : le cap des trois millions d'ouvertures est franchi

Près de cinq semaines après le lancement officiel du dossier médical partagé (DMP) par les pouvoirs publics, trois millions de Français ont en déjà créé un. Et 4 sur 10 ont choisi de le faire dans leur officine.... 3

Partenaires