Permanence pharmaceutique à Paris - La réorganisation des gardes sème la discorde

Permanence pharmaceutique à ParisLa réorganisation des gardes sème la discorde

12.05.2011

À Paris, la réorganisation du système de gardes et d’urgences fait polémique. D’un côté l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France souhaite augmenter le nombre d’officines assurant le service de nuit et réduire le nombre d’ouvertures les dimanches et les jours fériés. De l’autre, un collectif de pharmaciens concernés par l’ouverture dominicale s’oppose à ces mesures. Au milieu, les syndicats doivent jongler pour satisfaire un maximum de confrères.

EN JANVIER DERNIER, les pharmaciens parisiens ont appris que leur système de gardes et d’urgence allait être modifié d’ici le mois d’octobre. L’ARS d’Ile-de-France a en effet constaté que seulement deux pharmacies assuraient le service de nuit, alors qu’un nombre croissant d’officines ouvraient les dimanches et les jours fériés : 85 en 2006 contre 128 en 2011, avec des inégalités dans leur répartition géographique. Désireuse de rééquilibrer l’offre, l’agence a souhaité revenir à une...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
equilibre

À la Une Accord CNAM : compromis ou trahison ? Abonné

L'assurance-maladie et les syndicats de pharmaciens jouent les funambules dans les négociations conventionnelles qui viennent de se rouvrir. Car tout est affaire d'équilibre entre la CNAM, qui cherche à récupérer un « trop perçu » par les pharmaciens, et les syndicats aux intérêts divergents. Alors que la FSPF refuse tout compromis qui ne permettrait pas au réseau officinal de recouvrir son... 5

Partenaires