Feu vert officiel pour une nouvelle mission - Ce qu’il faut savoir sur le pharmacien correspondant

Feu vert officiel pour une nouvelle missionCe qu’il faut savoir sur le pharmacien correspondant

14.04.2011

Mesure phare de la loi Hôpital, patient, santé et territoires (HPST), le « pharmacien correspondant » est enfin devenu réalité. Le décret permettant son entrée en vigueur vient en effet de paraître au « Journal officiel ». Quels changements pour l’exercice professionnel ? Qui peut devenir correspondant ? Quelles sont les modalités à remplir ? Sera-t-il rémunéré ? « Le Quotidien » vous explique tout ce qu’il faut savoir sur cette nouvelle mission confiée aux officinaux.

  • L’officinal pourrait être amené à ajuster les posologies

ENFIN, c’est fait : le décret permettant aux officinaux d’assurer le rôle de « pharmacien correspondant » a été publié au « Journal officiel ». Cette nouvelle mission, prévue par la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) de juillet 2009, ouvre de nouveaux horizons pour les pharmaciens qui voient leurs compétences élargies. « Les pharmaciens d’officine se voient confier, en qualité de correspondant, des nouvelles missions importantes au service des patients ayant à suivre un...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires