Borloo quitte l’UMP - La majorité perd son centre

Borloo quitte l’UMPLa majorité perd son centre

11.04.2011

Aussitôt suivi par Rama Yade, Jean-Louis Borloo a annoncé jeudi dernier qu’il quittait l’UMP, dont le secrétaire général, Jean-François Copé, a exprimé ses regrets sans toutefois critiquer excessivement l’ancien ministre. M. Copé n’a pas caché que, à ses yeux, M. Borloo souhaitait présenter sa candidature à l’élection présidentielle de l’an prochain, ce qui est un sérieux sujet d’inquiétude pour le camp de Nicolas Sarkozy.

  • Jean-Louis Borloo: quelle stratégie électorale ?

LA FAUTE originelle du président de la République est d’avoir promis à Jean-Louis Borloo qu’il serait Premier ministre, puis de trahir sa promesse, ce que l’ex-ministre de l’Environnement a reçu comme un coup de Jarnac. Le malentendu tient surtout au fait que M. Sarkozy peut changer de stratégie dans l’heure et qu’il se laisse influencer par le dernier qui s’exprime, en l’occurrence François Fillon, lequel a énuméré tous les avantages que le chef de l’État aurait s’il ne changeait pas de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
homeo

À la Une Homéopathie : les granules de la discorde Abonné

La tribune fustigeant l'homéopathie signée de 124 professionnels de santé, parue le 18 mars dernier, et soutenue à ce jour par plus de 2 400 personnes, n’en finit plus de faire des vagues. La polémique ne cesse d’enfler et pousse sociétés savantes, agences sanitaires et gouvernement à prendre position sur la place de l’homéopathie dans l’arsenal thérapeutique. 1

Partenaires