Le retrait en pratique

Le retrait en pratique

07.03.2011

Depuis le 1er mars, il n’est plus possible de délivrer de spécialités contenant du DXP. Les boîtes de Di-Antalvic, de DiAlgirex Gé, de Dioalgo, de Di Dolko, de Propofan et de l’ensemble de leurs génériques, ne peuvent donc plus être facturées à l’assurance-maladie. Les officinaux disposent désormais d’un mois pour rendre les présentations non encore dispensées, en général via les grossistes répartiteurs. « Les produits seront à retourner dans les meilleurs délais à compter du 1er mars...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
MONTAGE

À la Une Génériques : les recettes du Trésor Abonné

Dans un récent rapport, la direction générale du Trésor, estimant que le modèle actuel a atteint ses limites, envisage de nouvelles mesures pour booster le recours aux génériques. Les pistes avancées inquiètent les syndicats d'officinaux. De son côté, le GEMME se montre plus ouvert à ces évolutions. 1

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.