Un procès pour insultes racistes - Galliano : chassez le naturel...

Un procès pour insultes racistesGalliano : chassez le naturel...

07.03.2011

Les mésaventures de John Galliano, ce couturier si talentueux, nous intéressent parce que son audace inventive, admirée, mais dont les excès sont décriés, semble aller de pair avec sa conduite personnelle. S’il se met à prononcer des injures racistes dans un café, c’est qu’il est tellement sûr de lui qu’il se croit à l’abri de toute réprimande. De même que personne n’a cru utile de critiquer, au sein d’une œuvre dont le succès est planétaire, des provocations qu’en un autre temps on appelait des fautes de goût, de même la foule de ses fans trouvera beaucoup d’excuses à ses déviances d’un soir sous l’emprise de l’alcool.

  • (FILES) A picture taken on July 5, 2010 shows British chief designer John Galliano acknowledging...

PRÉSUMÉ COUPABLE et déjà absous ? Rien n’est moins sûr. L’alcool joue, chez les gens, le rôle de révélateur. Ce qu’ils ne disent pas quand ils sont sobres, ils l’admettent une fois qu’ils ont bu. C’est ainsi que l’acteur-réalisateur Mel Gibson, auteur d’un film sur le Christ où il exposé la vieille idée d’un Jésus assassiné par les juifs et qui lui a valu beaucoup d’honneurs et d’argent, ne nous a fourni les raisons profondes de son engagement que lorsque, arrêté pour conduite en état d...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires