Les premiers jours sans Di-Antalvic - Causes et effets d’un retrait discuté

Les premiers jours sans Di-AntalvicCauses et effets d’un retrait discuté

07.03.2011

Le 1er mars, tous les médicaments contenant du dextropropoxyphène (DXP) ont été officiellement retirés des rayons des officines. Ce retrait annoncé fait suite à une décision européenne quelque peu discutée par les autorités de santé françaises. Outre sa légitimité, cette mesure pose nombre de questions. Quelles sont les alternatives thérapeutiques au DXP ? Pourquoi ce retrait est-il intervenu 6 mois avant la date butoir fixée par l’Europe ? L’affaire Mediator a-t-elle joué un rôle dans cette décision ? Le « Quotidien » a mené l’enquête.

  • Quarante-quatre millions d’unités de dextropropoxyphène ont encore été vendues en 2010
• Quelles alternatives pour les patients ?

Le retrait du marché des spécialités à base de dextropropoxyphène (DXP) s’accompagne de recommandations quant aux alternatives thérapeutiques à envisager. Ne soyez donc pas surpris de voir atterrir des ordonnances d’un nouveau type sur vos comptoirs… Ainsi, en cas de douleurs aiguës nociceptives, c’est le paracétamol à dose optimale qui prime désormais en première intention. Si la sensation douloureuse est modérée, voire intense, un anti...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vente en ligne

À la Une Ventes sur Internet : pourquoi ça coince Abonné

La pharmacie en ligne serait-elle un sport de riches ? Au regard des moyens financiers et humains qu’elle requiert, des besoins en trésorerie qu’elle mobilise, de l’espace qu’elle nécessite, il est clair que cette activité n’est pas à la portée de tous. Semée d’obstacles juridiques et réglementaires, la route des e-pharmacies s'apparente au parcours du combattant. 3

Partenaires