Histoire de la pharmacie - Collection Judaïca aux enchères - Des objets rares sur l’histoire de la médecine et de la pharmacie

Histoire de la pharmacie - Collection Judaïca aux enchèresDes objets rares sur l’histoire de la médecine et de la pharmacie

03.03.2011

Le goût de l’art et de la science aura permis à Francine et Élie Szapiro de rassembler une collection d’objets exceptionnels se rapportant à l’histoire juive. Près de 400 lots, dont certains sont rares et recherchés - parfois absents du marché de l’art depuis trente ans - seront mis en vente le mercredi 23 mars à Drouot Richelieu par le marteau d’Ader-Nordmann.

  • Des objets rares sur l’histoire de la médecine et de la pharmacie - 1
  • Des objets rares sur l’histoire de la médecine et de la pharmacie - 2

ELLE, Francine, est critique d’art. Lui, Élie, est un ancien médecin (« pire, dit-il avec humour, gendre de pharmacien ! »), ayant également travaillé dans l’industrie pharmaceutique, notamment pour les laboratoires Sandoz et Roussel. Par-dessus tout, ils sont passionnés et collectionneurs. En 1979, ils décident de monter leur première galerie-librairie Saphir (aujourd’hui, il en existe deux en Normandie et deux à Paris). Le grand intérêt d’Élie pour les livres anciens et l’histoire de la...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires